Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 21:05

La musique de 2015 aura été aussi belle, intense, vivifiante, régénérante, pertinente et bouleversante que l'année tout court aura été mortifère, indigente intellectuellement et aura marqué un pas de plus vers la défaite totale de la pensée. Un président de gauche (sic) qui part en guerre et exhorte ses compatriotes à mettre le drapeau tricolore aux fenêtres, un Macron qui devient personnalité préférée des Français (mais lesquels ?), alors qu'il n'est qu'un petit con, inculte qui se tripatouille la nouille devant la photo de Thatcher... Ce salopard d'Estrosi qui fait son discours de président fraîchement élu en PACA derrière un pupitre estampillé "résistance" (sic)... La classe journalistique entière (ou presque) horrifiée devant une chemise arrachée... ils ont peur que la leur soit la prochaine... Et le FN à 6 millions... qui défend "les enfants de France morts au Bataclan"... Une journaliste (sic) Léa Salamé, incapable de répliquer devant un énième roquet de Les Républicains qui lui assène "trouvez-vous normal qu'il n'y ait pas de portique à l'entrée des salles de concert ? Moi, non." Bah si c'est normal ducon. Notez que quand on n'a pas de vrai journaliste en face de soi, on fait les questions et les réponses. Plus pratique. Des journalistes qui vont fouiller et te dire que le mec des Eagle of death metal était vilain quand même, républicain (Américain) et amateur d'armes à feu... On doit en conclure quoi ? que c'est bien fait pour lui ? On a entendu ça le 7 janvier... Mais par la voix d'autres... Pas de place pour l'humain chez les journaleux, tout doit être étiquettable, pas de place pour les paradoxes, les contradictions, pour les failles.

Heureusement les musiciens auront sauvé cette année. Leur art m'a rempli l'âme et le coeur. Alors un top 10, les amis. Et oui j'ai triché, y'a des disques de 2014 dans le lot.

1. Sufjan Stevens - Carrie and Lowell

Cet album m'a suivi quasiment toute l'année. Sufjan Stevens y chante avec la plus grande impudeur sa vie, la perte de sa mère et de son beau-père. Le résultat est bouleversant, et d'une pudeur incroyable (là, les journaleux sont perdus, y'a du paradoxe). La musique est faussement douce, elle vous saisit de la première à la dernière seconde. Touchée par la grâce. J'ai eu très vite l'assurance que ce disque était important, d'une importance capitale même, qu'il tiendrait une place centrale dans mon année et bien au-delà. Il m'a parlé comme seuls quelques disques peuvent le faire. Il m'a ramené à des endroits où seul Elliott Smith peut me ramener. Sa musique est hantée, Stevens est constamment en train de chercher ses fantômes du passé, souvent il abandonne la fin des morceaux aux limbes et c'est à la fois ce que j'ai entendu de plus beau depuis 10 ans mais aussi de plus terrifiant. Il y a évidemment de l'onirisme, et du mystique dans sa musique, I should have known better est quasi religieuse, avec ses choeurs magnifiques, et son architecture par strates. Sufjan a écrit un requiem pour nous, les paumés du XXI e siècle, pour magnifier ce qui doit l'être : les destins banals, les vies cabossées (sa mère était bipolaire). Sa musique aura été un refuge.

2 Kamasi Wshington - The Epic

Kamasi Washington a 35 ans. Il est saxophoniste et a enregistré cette année le bien nommé The Epic, un triple album de jazz. Ou plutôt une potion magique : une synthèse démente de soul, jazz, groove, bo de sf, free jazz... Une somme incroyable. Et totalement abordable, jamais hautain. Accessible sans être putassier. Ambitieux sans être vaniteux. Kamasi semble savoir tout faire mais surtout il a décidé de s'affranchir des limites. D'où les choeurs qui sonnent comme une bo de sf, d'où les groove urbains, d'où les pianos free jazz... Sa relecture du Clair de lune de Debussy est géniale : il emmène Debussy à la Nouvelle Orléans et comme c'est pas assez, il le propulse dans l'espace. Epique.

3. The Twilight Sad - Nobody wants to be here and nobody wants to leave

4. Susheela Raman - Queen Between

5. Mercury Rev - The light in you

6. Sleater Kinney - No cities to love

7. Woozy - Blistered

8. Ghostface Killah w Badbadnotgood - Sour soul

9. BBNG - III

10. Thousand - st

En vrac :

JSBX - Freedom tower, no wave dance party 2015,

Ghostface Killah - twelve reasons to die 2,

Hinds - Very best of so far,

Metz - II,

Mourn- st,

Beach house - Depression cherry,

Built to spill - Untethered moon,

The dead weather - Dodge and burn

Clean girls - despite you

All people - Learn forget repeat

Trust fund - no one is coming for us

Film de l'année

Star Wars VII The Force awakens.

Clip-hymne de l'année

Inheaven - Regeneration

Sing-along de l'année : No cities to love

Séries

Battlestar Galactica (oui j'ai 10 ans de retard)

The Wire

In treatment

Mention spéciale du jury

Gabriel Byrne dans In treatment.

Obsessions récurrentes :

Joy Division, Lou Reed, Blade Runner Original motion picture Soundtrack de Vangelis, The Beach Boys, Nick Drake, Elliott Smith, Miles Davis

2015, sens dessus-dessous
2015, sens dessus-dessous
2015, sens dessus-dessous
2015, sens dessus-dessous
2015, sens dessus-dessous
2015, sens dessus-dessous
2015, sens dessus-dessous
2015, sens dessus-dessous
2015, sens dessus-dessous
2015, sens dessus-dessous

Partager cet article

Repost 0
Published by Ben
commenter cet article

commentaires