Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2008 4 31 /07 /juillet /2008 14:16

Un été comme je les aime : le cinéma américain me gâte. Retour d'X-files, avec l'équipe originelle (Carter, Duchovny, Anderson), retour de Star Wars (certes en 3D, mais je ne bouderai pas mon plaisir) et retour du Dark Knight aux prises avec rien moins que le Joker !

Alors que la série est définitivement arrêtée (neuf saisons, tout de même et 200 épisodes), voilà que débarque de nulle part ce nouveau film. Cette fois, point de mythologie, juste un épisode boosté pour le cinéma, même Mark Snow nous a pondu une partition avec moults orchestrations, pour la peine. Mais quel bonheur de retrouver Mulder et Scully, qui ne font plus partie du FBI, et quel bonheur de retrouver l'ambiance particulière des X-files...

Le film débute très bien, comme un classique d'X-files : Carter plante le décor et assène au spectateur un montage rapide qui met en parallèle deux événements : la découverte dans une plaine neigeuse et désertique
d'un bras par un prêtre pédophile aux dons de voyance aidé d'une troupe d'agents du FBI, et l'agression d'une femme à son domicile la nuit. Dès lors, on sait qu'on aura droit ni plus ni moins qu'à un épisode, prétexte à revoir les deux ex-agents du FBI.

On retrouve donc Mulder, hirsute, replié sur lui-même, dans une vieille maison, toujours obsédé par la disparition de sa soeur. Son bureau de travail ressemble à s'y méprendre à celui qu'il avait au FBI, le poster "I want to believe" a juste un peu vieilli, les coupures de presse tapissent sauvagement ses murs. La scène est magistrale, pour peu qu'on se soit intéressé à la série. Alors pour un type qui tient Mulder en héros, imaginez... On le voit toujours accro aux graines de tournesol, toujours aussi sybillin, et il a visiblement du mal à rester chez lui, sans rien faire (en témoigne les crayons de papier qu'il s'amuse à planter dans son plafond).

Scully, elle, s'est déconnectée de tout ça, pour se rapprocher de sa profession d'origine - médecin - et de ses croyances, on la retrouve travaillant dans un hopital catho. Elle n'a de cesse de fuir les "ténèbres" dans lesquelles son travail au FBI avec Mulder l'a si souvent plongée. Pourtant c'est elle qui vient retrouver Mulder pour une nouvelle affaire.

Même si le film s'essouffle vers la fin, il retrouve tout de même ce qui a fait la grandeur de la série (certes pas tout, mais une bonne partie). L'humour de Mulder est toujours aussi percutant, et Carter réussit une incursion hilarante dans le politique pour la meilleure attaque contre Bush qui m'ait été donné de voir : alors que Mulder et Scully se retrouvent au FBI, ils regardent une photo de leur président et Carter fait résonner le gimmick musical de la série (tada tada tadaa), indissociable désormais du paranormal et des théories du complot... Plus besoin de discours, la messe est dite. La caméra s'arrête ensuite sur le portrait d'un certain J. Edgar Hoover...

Bref, X files, I want to believe est une très bonne surprise, qui m'a donné envie d'accélérer la vision de l'intégrale de la série... Reste à savoir si Carter, Duchovny et Anderson ont mis définitivement de côté les X files avec ce film ou s'il s'agit d'une mise en jambe avant la suite.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ben - dans freretoc
commenter cet article

commentaires

Max 02/02/2009 00:22

Je viens enfin de le voir... et l'impression est partagée.Cool de revoir Mulder et Scully...et Skinner... pas de quoi hurler avec les loups, et pas de quoi s'en relever la nuit

Ben 09/08/2008 16:29

Oui, même impression que toi. Loin d'être un chef-d'oeuvre, ce qui prouve que Carter a encore du mal à passer du format 52 minutes à celui d'un film d'1h40. Mais merde, revoir Mulder et Scully ce que ça fait du bien !

Thom 09/08/2008 10:26

Moi aussi, je me suis bien marré... mais je crois aussi que c'est parce que, comme la plupart des gens, je n'en attendais rien du tout. C'est donc vachement plus facile de se laisser suprendre et embarquer. Maintenant bon... quelques jours après il ne m'en reste déjà plus grand chose, et je dirai que globalement le scénario n'est pas à la hauteur des meilleurs épisodes "hors quête" de la série. Reste le plaisir de retrouver Mulder et Scully, ce qui n'est déjà pas si mal...