Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 14:51

ray-manzarek.jpg

 

Il y a des moments qui infléchissent le cours de votre existence, qui vous font sentir plus vivant, qui vous marquent, qui ouvrent des perspectives nouvelles. A 12 ans, j'ai écouté Light my fire des Doors, et ça a été un de ces moments. Tout était là : la voix de Morrison, la batterie démente de Densmore, le fantastique jeu de guitare  de Robby Krieger et l'orgue de Ray Manzarek. J'ai dû avoir une réaction chimique à cette alchimie entre ces quatre musiciens et j'ai écouté en boucle ce moreau des dizaines de fois, en sautant sur mon lit. Et les Doors ne m'ont plus quitté.

 

La dernière fois que j'ai entendu Manzarek, c'était sur Inter, pour une interview. Il était parfait, souvent hilare, et pourtant posé. Il parlait des Doors, de son amour pour Morrison, de drogues (il conseillait d'ailleurs aux auditeurs de prendre du LSD, le mec d'inter a failli faire une crise et s'est empressé d'ajouter un piteux "ces propos n'engagent que vous", ce à quoi Manzarek a répondu mi-hilare, mi ahuri : "quoi ? on est en France, je peux dire ce que je veux, non ?". Non. Les temps ont bien changé. En tout cas, il était détendu, très heureux et dégageait une simplicité  et une humilité très touchantes, pour un type qui a créé un son aussi pur et immédiatement identifiable.

 

Merci pour la musique.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ben - dans freretoc
commenter cet article

commentaires